Roland DUSSAUSSOY, textes

Roland DUSSAUSSOY

Roland DUSSAUSSOY, de Laires, entré aux Harchelles en 1988, co-fondateur de l'association.

DES BETES DINS L' CINSE

Ch' g'vo : Chelle elle chelle bête principale d'èl' cinse ; ès' cinsier i l'o aussi quère qu'ès' prope è-mère. A Lares (village de Laires, Pas-de-Calais), on dit in G'VO. Dins des autes villaches, on dit in g'va, in gwa, in k'vo, in k'va, in quéval, ... cha n'o pont d'importance. Tout l' monde i s'comprind, ch'est l'essentiel.

Es' fan.me, ch'est in.ne juméint. ln g'vo, ch'est aussi in bidet ou bién in étalon. Et lus pitits ch'est soué in poulin-ye ou bién in.ne pouliche.

ln g'vo cha vit dins in.ne écurie, sus in.ne bon.ne litière, et dù qu'i peut minger s'n' avon.ne fin tranquile.

Des noms d' g'vos, j' vos vous in dire queuques-uns : Bayard, Joli(e), Bijou, Bélot(te), Prince, Princesse, Marquis, Marquise, Blond(e), ...

Pour conduire in g'vo y' o in langage espécial (core in cowe, qui cange s'Ion les païs et les villaches) ; à Lares, on dit :
- Ti-ôwe, pour èl' faire aller à droite,

- Wo-ôwe, pour èl' faire aller à gauche,

- Yuh ou Yih, pour èl' faire aller in avant,

- Cule ! pour èl' faire arculer.

Tiéns ... in parlant d' langage, ... keuméint qu'on dit quand in g'vo i crie? in français, on dît "qu'il hennit", mais in patois ???

             ln g'vo qui vo à z'élans, ch'est quand qu'i fait graméint d'efforts pour arién. Du fién d' g'vo, ch'est fort bon pour ches gardin-yes, surtout dins ches couches (chassis), pache qu'i s'écauffe graméint et qu' cha fait pousser tous ches pitites é-plantes qu'on vo arpiquer pus tard. On n' peut pont faire sans parler d'èch' crottin d'bidet: cho, ch'étouait sacré; i n' peul louait pont n'in quère un d'vant l' mason sus chelle route, qu'aussitôt on allouait aveuc in.ne pelle et in ramon pour èl' ramasser et l' mette dins ch' cortiïache ou bién dins ch' parterre.

ln g'vo ch'est telleméint sacré, èqu' min.me ches jon.nes is n' aouatent eun in bos ou in carton pour s'amuser. Min père, i racontouait toudis qu'étant jon.ne, i n'aouait èwe eun in carton (du carton maché et durchi). Au soir, i l'aouait mis au piquet dins l' pâture. El' ledmon-ye, èch' pauf bidet i n'étouait pus bièowe à vir ; èl' rosèye alle Ii aouait fait s'n'affaire ... Pour passer s' rage, i' o rouspétèye s' soeur (èm' tante) in Ii dijant qu' ch'étouait d'ès' faute ...

ln parlant d' piquet, min père i m' racontouait aussi qu' sin père, i mettouait sin g'vo au piquet dins ches camps, et d' peur qu'on Ii euche prind dins l' nuit, et bin, i couchouait aveuc dins in.ne cabon.ne esprès. Et tous ches cultivateurs is faijouatent é-parèle !

Mais, os s' rappelez pont, don, qu'èl' jour d'él' ducasse, os z'allètes monter à g'vos d'bos ??? Ah, si quand min.me ! J'o eu peur tout d'in cowe 1 Qui z'étouatent èbièowes,. aveuc tous lus belles couleurs, et pis chelle musique d'orgue qui attirouait tout l'monde, grands comme pitits. Y' aouait des g'vos qui n' bougeouattent pont; y' in aouait qui montouatent et qui deschindouaenî. I n' o pus dins ches ducasses asteur, mais allez in Belgique, dins ches grands parcs èd' jux, et os allez core n'in trouver ...
            Rappelez vous aussi d'éch' l' étalonier qui passouait dins ches villaches aveuc ès'n' étalon, èl' crinière et s'quèwe tréchéyes, des rubans et des cocardes in pèwe tout partout. ... Ch'étouait in évén'méint.. .. Mi, quand qu' j'étouais jon.ne, èj' m'in rappelle, mais je m'rappelle surtout que je m'demindouais toudis cho qu'cha peuillouait ête que ch' g'vo-lo et qu'o qu'i vénouait faire ... Des g'vos, cha n'est mie bêtes; quand is sont à pâture et qu'is sont imbêtèyes par ches mouques, et bin, is s'mettent tête-à-cul et cul-à-tête pour cacher ches mouques aveuc tu quèwe ... 
                  - Canger in g'vo borne pour in avule. 
              -  ln borrique qui fait à s'mote, ch'est l'mitan d'ses nourritures.


Ches vaques : Lo, j' l'o mis au pluriel, pache qu'in principe, y aouait quand min.me plusieurs vaques dins in.ne cinse. Ej' crouais qu'on dit "vaque" dins tous ches villaches.
Es'n' hon.me à chelle vaque, ch'est ch' taur ! Y' o aussi ch' boeuwe, mais Ii, i n' o pont eu d'chance, i n' o qu'à raviser ches vaques èd' loin (in argrettant èd' s'aouoir laicher aouoir), et in mingeant tant qu'i peut pour bién pousser et finir dins ches assiettes. Ches pitits ch'est soué des vièowes ou des géniches.
In.ne vaque cha vit dins ch' l'étape à vaques in hiver, et dins ches pâtures in étèye. Quand on les sorte, soué sus ch' fién in hiver, soué dins ches pâtures in étèye, on dit qu'on tourne ches vaques, pache que ch'est des bêtes qui z'aim'tent bién faire la ronde ... Ches vièowes, èwes, i s'mettent dins in.ne ... cabon.ne à vièowes. Dins ch' l'étape à vaques, on rafoure ches vaques, chest à dire qu'on lu don.ne à minger. A pâture, pour les déblayer, on les chame (du verbe "chamoïe" : déblayer).
Quand in.ne vaque aile 0 invie d' rincontrèie ès'n' hon.me, ch'est qu'aile est in sôwe ; alors on va l'méner au taur. Au bout d'in momon-ye, èl' vaque aile vèle ... min.me qu'aile fait souvon-ye chèowe in pleine nuit et qu' cha fait bién plaisi à ch' cultivateur, qui n' dort pont et qui va vir à s' n'étape tous les quinze­vingt minutes. Pour faire véler in.ne vaque, on attaque des longes esprès à ches pattes d'éch' vièowe et on tire, aveuc sin voésin-ye quèques fouèïes. Des fouèyes, l'affaire a s' présente pont bién et faut app'ier ch' vétérinaire. Y'o aussi des fouyes èqu' l'affaire a n'a pont étèye jusqu'au bout et qu'èl' vaque alla 0 échuvartèye.
Quand alle est pont continte, èl' vaque alle hurte ou bién alle incorne.
Quand on l'moud et qu' cha Ii plait pont qu'on Ii tripote sin pis, et bin alle don.ne des coups d' pied ou des coups d' quèwe ; alors on Ii louait s' quèwe. Chaque cinsier et chaque cinsière, is ont lus vaques à moude ; souvon-ye, in.ne vaque a s' laiche pont moude par quiqu'eun qu'a n'a pont l'habitude.
In.ne beuloire,' ch'est pont ch' qu'i y o d' miux dins in.ne cinse, pache qu'in.ne beuloire, ch'est in.ne vaque qu'alle beule toudis.
In.ne fan.me qu'aile est fort grosse et qu'alle est fainéante, on dit qu' ch'est in.ne grosse vaque; d'in hon.me, on dit qu' ch'est in gros vièowe.
Des noms d'vaques, j' vos vous in dire in.ne paire: Noire et Blanque, Blanquette, Rougette, Noirette, Normande, Hollande, .... ch'étouait souvon-ye des noms in rapport avec lu couleur ou d'lu païs.

J' n' o pont parlèye d' éch' "taur à capièowe" pache qu'on l' dit pont à Lares, mais faut quant min.me saouoir èqu' ch'est simpleméint èch' l'inséminateur. J' n' vous racontraï pont non plus l'histoire èd' chelle fan.me qu'alle attindouait ch' l' inséminateur et qu'alle aouait intiqué in clowe dins chelle porte pour qu'èch' t' hon.me i accroche sin patalon ..... oh, excusez-me, ch'est fait, asteur!

Oh ... j'allouais oublier d' vous parler d' éch' fameux bousot d'vaque .... Doux parfum campagnard, décor original de nos routes, ....

- I o intindu in.ne vaque beuler, mais i n' sait pont dins que étape.

Ch' pourchèowe : Vlo ichi in.ne bête qu'alle est surtout fort appréciée quand alle est dins s' salouéye .... Oh, mais j' vos vite in besonne, et avant d' èl' minger, parlons quand min.me in pèwe èd' Ii. ..

Es' fan.me à ch' pourchèowe (bién qui y in èowe qui dis'tent cochon ou bién porque), et bin a s'appelle in.ne truie ou bién in.ne troule ; ch' mâle reproducteur ch'est ch' dal ; des courrèwes, ch'est des pitits qui keuminchent à prinde tournure. A in certain moméint d' lu vie, is rincontent èch' catrèwe d' pourchèowes ... sâle temps, mais faut y passer!!! Et tout chelle famile, alle vit dins in.ne étape à pourchèowes (Y'o des géins qui dis'tent aussi in.ne porqu'rie, mais à Lares, in.ne porqu'rie ch'est putôt in.ne mason fort sâle).

Si tout à l'heure, j' o pont fort insistèye sus ch' bousot d'vaque, èj' vais certaineméint pont m'éteinde (au sens figuré) sur ch' brin d' pourchèowe !

Min père, i' aouait fort quère à dire èch' l' histoire chi:

"In jour, Jésus i dit à ses discipes : Ch' ti qui n' tue pont d' pourchèowe, i n' peut pont minger d' tripes f"

Du traval èd' pourchèowe, ch'est du traval qui n'o vraiméint pont étèye bién fait. ln aute pourchèowe qui n'o absoluméint rién à vir aveuc ches premiers, ch'est ch' famèwe pourchèowe d' Saint Antoine!

Oins in pourchèowe, tout est bon à minger ! Qu'on faiche in.ne tripèye, in.ne boudinèye ou in.ne équinèye, tout y passe: ches boïèowes, chelle moule, chlle langue, chelle tête, ches pattes, ès' saute-au-hôwe, ch' coeur, chelle quèwe, ches orèles, ch' lard, ches gambons, ches grillates, ches rognèonwes, et jusqu'à chelle couan.ne qui servouait à nettier ches bottines.

Que grosse troule ! Cho ch'est pont fort poli, mais cha s'dit d'in.ne fan.me qu'alle est grosse, qu'alle est fainéante, ...

- Pour faire in bon pourchèowe, i faut qu'i euche passèye deux crèques.

- On n' nourrit pont d' pourchèowe à l'ieau claire.

- C'hest in.ne porqu'rie, in.ne truie a'n'n' y arconnaîtrouait pont ses jon.nes.

Ch' tchién : Chio ch'est in.ne bête qu'alle abouèye, qu'alle clape, qu'alle groule, qu'alle uène, ...

ln tchién, ch'est in tchién : ès' fan. me, ch'est in.ne femelle èd' tchién, et lus éfants, ch'est des jon.nes tchiéns. ln patois, os n'avons pont b'zon d'aouoir troués mots différéints ...

Ech' tchién, i vit dins l' cabon.ne à tchién ou dins l' camuche.

Y' o plusieurs sortes èd' tchiéns : des tchiéns à vaques, des tchiéns d' garte, des tchiéns d' berger, des tchiéns d' cache, ... et aussi des caron.nes èd' tchiéns. Mais ches-Iales qui montent é-bién la garte, on dit d'èwes qu'is sont seûrs!

Quand èch' tchién i' est in cache ou in caleur, on l' fait piquer, ch'est à dire qu'on l' mène au mâle. Après chèowe, si tout vo bién, bién sûr, et bin éch' tchién i cale.

ln rigolant, on dit qu'in tchién i' est méquant pache qu'i mort par ès' quèwe. On dit aussi d' quiqu'eun qui n' marche pont bién, qu'on dirouait in tchién qui arviént des vêpes (un chien court toujours les pattes de devant dans un axe paralèlle décalé par rapport à celui des pattes de derrière). Tout l' monde i connouait ch' l'hon.me qui o appelèye sin tchién "FOULCAN" et quand qu'il crie, i dit: 'Viéns ichi, Foulcan !''; et ch' l'fan.me qu'alle o foutu in.ne claque à sin tchién pa'd'sus ch' l' haïure ....

- Que temps d' tchién !

- In.ne vraie vie d' tchién !

- ln mo d' tchién !

- Malate comme in tchién !

- Minger comme in berger et ses troués tchiéns.

- El' langue èd' ches géins et l' quèwe d' chés tchiéns, on n' peut pont les impêcher d' barloquer.

- Archu comme in tchién dins in ju d' quiles.

- Des caresses èd' tchién, chà amène des puches.

- Ch'est comme cot et tchién.

- Cha n' vaut pont in pet d' tchién.

- Saint Roch et sin tchién.

- Ch' tchién blanc i' arrest montèye sus sin dos.

- I n'attaque pont sin tchién aveuc èd'l' andoule.

- Ches tchiéns is ont mingé ches raques.

- I tran.ne comme in tchién à carette.

- On n'o jamais vu in tchién caler in cot.

Ches cots : Bah .... des cots, cha roule in pèwe tout partout dins chelle cinse ; ches caous is keur'tent après ches femelles, et ches femelles is s'font "monter" par ches caous .... et cha don.ne des calèyes tout l'annèye, qu'on artreuve toudis trop tard, pour noïer ches jon. nes ...

A Lares, on dit des cots .... y o aute part, qu'on dit des cats ... mais ch'est les min.mes bêtes, et ches bêtes-Io, chà miaule.

ln cot, cha attrape la ripe.

- S'laver comme ches cots, ch'est mal ès' laver (pourtant in cot cha s'lave

bién !) .... Pour les autes dictons, faut arvénir à "TCHIEN", mais aussi :
- Aouoir in cot dins
s' gorge.

- y 0 pont d' quouai fouetter in cot.

- Donnoie s' langue au chat.

- Quand ech' cot i est pont lèowe, ches souris is dans'tent.

- Ech' cot y arrest dins ch' l' horloche.

Ches glènes : ln français, on dit "les poules" ...

Es' n' hon.me à chelle glène, ch'est ch' coq (y' in èowe qui dis'tent "in co") et ches pitits, ch'est des pouchin-yes ou des pouillettes. ln poulet, ch'est in mâle qui n' o pont l' chance d'in coq et qui finit souvon-ye dins in.ne marmite aveuc du beurre, des ognèowes, du thym, des peumes-é-terre et des p'tits pouèyes. Et tout ch' bio monde-Io, i vit à jouque dins ch' pouiller!

In.ne glène, cha cante, cha glousse, cha clouque ; in pouchin-ye, cha piule ; in coq, cha cante aussi, mais fort timpe au matin-ye pour rinviller tout ch' pouiller et tout l' mason, et min.me qu'y 0 des jours qu'on Ii tourdrouait sin cowe aveuc plaisi, mais qu'on n'peut pont puisque ch'est in sort qui est réservèye à ches poulets.

Min père i racontouait toudis ch' l' histoire chi :

"Pourquoué qu'in.ne glène aile traverse toudis la route ? Té l' sais pont ? Bin, ch'est simpe, ch'est pour aller d' l'aute côtèye !"

Et min.me qu'i dijouait aussi qu' des glènes, des fan.mes et pis des gosses, i aouait rién d' pus dangerèwe sus la route ...

Arvénons à des jux pus sérièwes : Oins ch' pouiller, nous glènes i s'mettent à jouque. Mais avant qu'is seuch'tent dins ch' pouiller, i fallouait les faire rintrer au vêpe, et ch'étouait pont 10 in mince affaire. Em' grand-mère, aile étouait "responsabe in chef du pouiller", in grade qu'aile aurouait pont partagé aveuc parson.ne d'aute et, intre nous, èqu' parson.ne i l'y aurouait prind. Si, èl' pupart d'èl' journèye, ches glènes is s' pourkeulouatent dins l'cour et pis sus ch' fién, èm' grand-mère, in.ne fouèye par jour, aile lu donnouait du gron-ye à minger in les appelant: "Tite, Tite, Tite, Tite, .... " et au vêpe, aile faijouait rintrer ses glènes in les comptant une par une:

- ''Dije-huit, dije-neuf, vingt, vingt-et-une, .... i n'in manque une !"

Et ch'est lèowe qu' èl' grande aventure èd' l'arcache à glènes, aile keuminchouait et qu' toute la famile aile étouait réquisitionnèye pour aller dins ches pâtures aux alintours et dins ches reulettes, pour artreuver chelle fameuse glène .... qu'on n'artrouvouait pont toudis pache qu'aile aouait fini dins l' panche d'in méquant voésin-ye, d'in arnard, ou bién d'in barraquin-ye.

Sans compter qu' sin traval i n's'arrêtouait pont lèowe, pache qu'aile aouait core la charge d' baguer ches glènes aveuc des bagues èd' tout les couleurs (in.ne couleur par annèye). Em' grand'mère cho qu'aile aouait pont fort quère, ch'étouait ches glènes qui pondouatent pardu, mais quo qu'os voulez, ch'est bêtes comme géins, anon !. Et aile aouait aussi la charge d'attraper chelle glène qui devouait finir ès' vie dins in bouillèonwe, garni d' légumes d'èch' cortiiache, èd' riz et d' sauce blanque. Et pour attraper chelle glène qui aouait été cungie (on Ii tassouait sin cul pour vir si qu'aile aouait pont l'euwe !), i fallouait quèques fouèyes l'incuinner, ch'est à dire pour ch es laies qui n' comprintent épont, l' coincer dins in cuin-ye.

Aller à la poule, ch'est quant qu'in jon.ne hon.me i vor vir in.ne file. ln tasse-glène, ch'est quiqu'eun qui est nunu, tatasse,... ln pouchin d'haïure, ch'est tout simpleméint in éfant qui o étèye fait avant èl' mariache èd' ses paréints. On dit aussi d'in.ne fan.me ou d'in.ne file qui n'est pont bon.ne à grand-cosse, èqu' ch'est in.ne glène. S'coucher aveuc ches glènes, cha veut dire qu'on s'couche fort timpe.

Faut aussi saouoir qu'on mettouait dins ches nichoués, des oeuwes in craie pour èqu' ches glènes is vach'tent éponde et couvoïe.

Prénez note aussi sus vous calendrier, èd' pont oublier d' ramasser in oeuwe pondu èl' jour du vendredi Saint; èch' l' oeuwe i n' pourrit pont et pis, à c' qui paraît, i protège èd' la peste ...

- In.ne ortile dins in pouiller, ch'est in oeuwe d'plusse d'ins ch' panier,

- Gardez vous glènes, èj' sorte min coq.

- On n' fait pont d'omelettes sans oeuwes.

Ches lapin-yes : Ah ! n'in v'lo des belles èbêtes ! Toudis in train d'fruquer à s' déhoquer lus maquoires ! Ches lapin-yes ch'est in pèwe comme ches tchiéns, on dit in marle èd'Iapin-ye et in.ne femelle èd' lapin-ye ; ches jon.nes, bin ch'est des jon.nes lapin-yes. Et os allez pont m' croire, et bin, cha vit dins des cabon.nes à lapin-yes ! Avouez qu'èl' patois i' est quand min.me simpe !!!

Mette in femelle èd' lapin-ye au bouc, cha s'appelle "bouquéïe". ln lapin cha cale, et quand qu' cha réussit, on n'n'avez plein vous cabon.ne ... mais y' o des annèyes qu' cha n' réussit pont du tout, et min.me qu'èques fouèyes èqu' chelle femelle alle minge ches jon.nes !

Des lapin-yes, cha fait tout plein d' pitites é-crottes ... min.me qu'i o des éfants qui croitent èqu' ch'est des boulettes ... Quand i' o graméint d' tites écrottes, et bin, i faut feumer ches lapin-yes, ch'est à dire nettier ches cabon.nes.

On dit d'in hon.me èqu' ch'est in sacré lapin-ye, quand qu'i s'intéresse plusse à ches fan. mes qu'à sin traval, par exempe.

On n'vo pont freumer nou chapite, sans parler d'èch' marchand d'pieaux d'I'apin-ye. N'in v'lo eun qui s'faijouait des sous sus vou compte. Quand on tuouait in lapin-ye, on prénouait s' pièowe et on l'étindouait sus in.ne fourque in bowe pour èl' faire réchuer. Des fouèyes, cha n' marchouait pont et chelle paufe pièowe aile étouait tout verte et plon.ne èd' vers. Et quand èch' marchand i passouait, ch'étouait des grandes discussions pour èch' prix ... Té parles, i n'in donnouait 5, 10, 15 centimes, des fouèyes 20 quand qu'ch'étouait in.ne belle. Mais ches sous, cha faijouait l'bonheur èd' ches jon.nes, pache que souvon-ye Maman alle donnouait ches sous à ses éfants ...

Ches moutons et ches maguettes : Ch'est in bétal qu'on n' trouvouait pont forchéméint dins tous ches cinses, et i n'n' aouait qu' queuqu'z'unes qui aouatent in.ne berqu'rie. Et dins chelle fameuse berqu'rie, on trouvouait des berbis, des maguettes, des maguets, des béyers, des boucs, des agnièowes,... tout in peupe rimpli d' Ion. ne.

On dit d' in.ne file qu'alle est gaïe, qu'a s'amuse : "Que maguette !"
In.ne berbis, cha andèle (du verbe "and'Ioïe" : mettre bas).

Faut aussi pour finir, qu'èj' vous parle des crottes èd' berbis ; quant ech' berger i passouait sus la route, et bin, ch'étouait la "ruée vers la crotte", et on ramassouait chèowe à l' pelle .... toudis pour mette dins sin gardin-ye.

- Curieusse comme in.ne maguette.

- Quand i pleut in avri, ch 'est du fién d' berbis.

- Minger comme in berger et ses troués tchiéns.

moi-en-sepia.jpg

J'o toudis étèïe bién incadrèïe....


                                     MIN G'VO (Comme in.ne poésie....)

Min g'vo, i' étouait bièowe ; i s'appelouait Bayard ;


Ch'étouait comme on dit, in "sacré gaillard",

Tous les jours, j'allouais l' brucher aveuc in.ne drile,


Pour qu'ès' robe alle luiche, qu'alle brile.

Que d' souv'nirs, que d' parties, qu'on o fait inson.ne,


Tiéns ! rién qu'au matin, in Ii donnant s'n' avon.ne,

I balonchouait s' tête pour èm' dire "Bonjour",

Contéint comme mi d'arvir core in.ne fouèye l' jour.

Après, i fallouait l'arnéquer pour aller au traval,


l' aouait déjo comprind, min "sacré animal",


Pont b'zon de l' taper, d' Ii dire, d' Ii parler,


Ch'est à croire qu'i saouait dù aller travailler.

l' arculouait tout seul pour sortir d'ès' n'écurie,

Et i m'attindouait pache qu'i étouait prêt, Ii.

Armuant, s'couant s' crinière, tapant du sabot,


Balonchant s' quèwe in "cache-mouques" ... Au boulot!

Pour labourer, hercher, roler et pis sémer,

Traîner, carier, brouter et pis méchoner,


Tout faire, dialer et ramut'Ier patates,

I' étouait toudis lèowe et jamais mate.

On intindouait tout partout des "Woua-Owe",

Des "Hi", "Owe" , "Arcu le" , "Avanche" et "Ti-Owe",


l' étouait contéint d' travailler aveuc ses amis,


Bélote, Blond, Joyeuse, Bijou et pis Jolie.

 

Aveuc Ii, pont b'zon d' monte; i saouait l'heure;

i s'artoumouait sus mi pour èm' dire: "Asteur,


"On Si rin vo? Comme mi, té douais aouoir faim ?


"Allons minger, mi d' èl' pale et ti du pain !"

Et pis, in jour, cho été sin damier effort ...


Min g'vo, i' est quèwe malate et i' est mort.


Et quand on o vénu pour mé l'inlever,


J'n'o pont honte à l' dire ... J'o brai !


(En hommage à mon oncle Pierre Patout, de Laires).

HISTOIRES ED' CHORCHELLES

 

 

Marie-Groette :

 

     Ch'est chelle-lale qu'alle est l' plus connue (faut vir sus ch' blog in artique surMarie-Groette), bién qu'èj' pinse èqu' ch'est pont tout à fait in.ne chorchelle...

 

Ches chorchelles èd' ches Bicaïéns :

 

     A Lares (1), èl' ducasse alle o liu èl' diminche èl' pus près du quate juyet (ch'est l' ducasse d'étèïe d'èl' St Martin).

     A Prédefon.ye (2) qu' ch'est in village qui s' treuve jusse à côtèïe, ch'est l' diminche qui suit.

     Pour saouoir èl' temps qui vo faire à chaque ducasse, ch'est in travail èd' chorchelles.

     In effet, i paraît qu' ches chorchelles èd' Lares is s' battent conte ches chorchelles èd' Prédefon.ye dins in cuin.ye d' ches camps qu'on appelle "Ches Bicaïéns" (3) et qui s' treuve à l' limite èd' ches deux villaches, et qu' ches chorchelles qui gan.n'tent is font l' bieau temps et ches-lales qui perd'tent èl' mauvais temps forchéméint.

     Mais, soué-dijant, d'après ches viux, èqu' ches chorchelles is n'ont jamais fait "match nul"...

 

Chelle chorchelle èd' Biomoïe :

 

     In jour, i y o in cinsier d' Biomoïe (4) qui o artreuvèïe une èd' ses vaques crévèïe dins s'n' étape. Jusque lèowe, rién d' bién drôle ni d' surprenèanwe.

     Mais l' ledmon.ye, i n'n'o artreuvèïe in.ne deuxième, pis in.ne troésième core après, et pis core une l'aute ledmon.ye...

     On o bién intindu accusèïee in.ne fan.me qu'alle habitouait dins ch' villache et qu'alle aouait l'air fort drôle... On l'appelouait min.me "chelle chorchelle", mais sans preufe, bién sûr ! Bién qu'i y faijouait toudis du véint èd'vant s' mason.

     Mais quand qu'èl' jour qu'èch' cinsier i o fait ses litières, i y o quand min.me artreuvèïe muchées dins chelle pale, des pièowes d' crapôwes... (5)

     Comme on dit, i y o jamais d' feumèïe sans fu, anon èïe ?

 

In arvénant d' séries :

 

     Quand qu' ches jon.nes is arvénouatent èd' série aveuc lus paréints, i fallouait bién intindu qu'is don.n'tent é-mon.ye à papa et maman. Mais des fouèïes, is aouatent é-quère à courir et pis, comme dins l' nuit, i faijouait noir, is aurouatent é-pu lu perde ou bién quère dins in flot.

     Alors, pour les faire ténir tranquile, on lu dijouait èd' donnoïe mon.ye pache qu'i fallouait faire attentièonwe et qu'i  y aouait, tout partout, des "briques intières et pis des lattes usèïes".

 

Ches fux follets :

 

     Pour pont qu' ches jon.nes is vach'tent dins ch' chimetière par nuit, on lu dijouait d' bién faire attentièonwe d' pont rincontrer ches "fux follets" qui s' proménouatent au'd'sus d' ches tombes... et qu'is peuillouatent passer darrière èwes pour les prinde.

 

Notes :

 

     (1) Lares : Laires, canton de Fauquembergues, Pas-de-Calais.

     (2) Prédefon.ye : Prédefin, canton d'Heuchin, Pas-de-Calais.

     (3) Ches bicaïéns : Les Biscayens : lieudit situé entre Laires et Prédefin et appelé soi-disant ainsi parce qu'on y a retrouvé des "biscailles", sorte de cailloux ronds servant  à armer les fusils espagnols...

     (4) Biomoïe : Beaumetz-les-Aire, canton de Fauquembergues, Pas-de-Calais.

     (5) D'après des" racontaches" à Alcide Pruvost fils.

 

 

Commentaires (1)

1. DEMAGNY JOEL 14/11/2014

Salut tizot,et bin ouai,chai mi ech Joel ed Fruges eke ta conu chez lpère Mony quand této jonne et que mi j'léto aussi.Cha nous rajeuni pon mais mi mes rachines é sont à Renty.Asteur,ech vis in Auvergne,ech su artraité ed pi 3 zans.
Excuse moi d'écrire parfois en phonétique,j'ai pas révisé l'écriture mais le parler est toujours en forme.
J'espère que tu me répondras . Cordialement Joel

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site