Marie-Rose DUSAUTOIR, textes

 

Marie-Rose DUSAUTOIR

Marie-Rose DUSAUTOIR, de Moulle, entrée aux Harchelles en 1989 (photo prise lors de la présentation de "Pouchin d'haïures" en 1995) :

marie-rose-dusautoir.jpg

numerisation0007.jpg

L' DISPARITION D' CHES MARICHEUWES

Si j' conjis d' vous parler d' cha, ch'est parche qu'èm'n'homme, cha n'n'étot eun, après sin père et sin grand-père, et l' darnier du cuin, 'vU qu' les autres is sont arrêtayes et n'ont pont été rimplachés.

Vl'a qu'li oussi va prinde s'n' artraite au mitant d' l'annaye.

Ch'est pont pour dire, mais dins in village, après ch' curé et ch' clerc, ch' maricheuwe, ch'étot quiqu'un, souvint costaud, aveuque des bras musclés (à forche èd' buquer).

I ferrot ches reules et ches bidets, servot à tout racommoder : ches outils d' camp (carrues, herches, rolouares, ... ), ches outils d' cantonnier et ches outils d' gardin, ches pièches d'écrémeuse, chelle binette à burre et chelle chérène, et tout ches pitites bricoles d'èl' mason, qu'on Ii appourtout à r'souder : ch' pot à l' soupe à r'mette in cul, chelle cafetière et pis aussi ches fux.

I y avot des fouos in vrai attirale èd' mérelles dins l' forge.

Mais l' principal, ch'étot l' ferrage des gouas, alors là !!! "De l'art", comme on dirot à c't' heure!

Et chaque maricheuwe i avot ses bidets ; comme on étot deuwe dins l' village, des fouos, in pitit fermier aveuque eune seule bête, i partageot : deuwe pieds avant pour l'eun et les pieds arrières à l'aute.

Fallot vir cha, les jours d' pleuve, autour d'éch' fu, quand i faijot pont d' temps à riin, on s'radintot à l' forge, et si os voulètes des nouvelles, là, cha y allot bon train. On dit qu' ches fimmes ch'est des clapes ou des langues èd' vipère, l' différince aveuque ches hommes, ch'est qu' ches fimmes is ont plus l'  sins du partage, is s' dépêchent à tout raconter. Et quand euje croyos annoncher eun nouvelle à l' mien, i m' répondot souvint: "Y a longtemps qu' je l' sais! Quiqu'un l'a dit à l' forge, je sais même pus qui !" (Jamais d' trahison !)

Pour n'arvénir à nou ferrage, ferrer quate pieds, cha vous prénot eune bonne partie d'èl' matinée; fallot attinde sin tour ; i n'avot souvint à déjeuner à nou tabe. J' lu faijos du thé, enfin on appelot cha du thé sûreméint à cause d' ches Inglais d'èl' guerre 14, parche que ch'étot du tilleul aveuque des feules èd' noères groselles.

Sus ches fers à gouas, on mettot qui que fouos des mouchettes, pour pont glicher èd'sus ch' goudron; on rassichot oussi à froéd ; pour économiser eun ferrage, on artapot quiques cleuwes. 
         I y avot oussi ch' vétérinaire qui vénot écourter l' queuwe d' ches poulains et sogner ches pieds bléchés, et même quiques foés eune vaque aveuque eun chabot d' travers.

Ches bêtes is s' ténotent biin souvint tranquilles, sauf lesti à Roger, chelle lale, j' m'in souvarai longtemps : eune vraie carouine ; on n'érot prins peur; d'abord, fallot l' rintrer in arculant parche qu'alle arconnaissot les liux. Eun jour èd' grande foulie, alle a tellemint escoué l' travers qu'èl' barre èd' fermeture a n'n'a cassé ; el' gambe d'èm'n' homme ch'étot tout juste (à l'heure d'aujourd'hui, i l' sint core, cha tourne in romatique, cha li sert èd' baromète).

Et pis, eun au coup, ches bidets is ont comminché à disparaîte, et cha allé biin vite, comme eune épidémie : l'invasion des tracteurs. I  n'n'a eun qui a résisté : eule grand Paul et ses bidets; i n'étot pont peu fier ches darniers temps, vu qu' ch'étot li l'unique du cuin. Ch'z' étrangers s'arrêtotent pour el' photographier et li demandotent s'n' adrèche pour li invoïer les photos : i n'n' archu d'Ingleterre, d'Allemagne, d'Autriche ... ch'est qui n'in passe du monde sus nou route nationale !

S'n'attelage n'allot jamais au pas, toudis au trot. On l'intindot arriver d' loin. J' vas vous faire eune confidince : j' li ai jamais dit, j' l'avos surnommé "Ben Hur" ; les reules d' sin car is étotent quand mênle in caoutchouc, ce qui fait qu'in intindot que l' pas d' ches gouas.

Ces gros camions les effarouchotent même pont, crinières au vint, is n' bronchotent jamais quand is s' faijotent doubler. Et ch'est fini!

D' même que l' bruit du martieuwe sus ch't' inclume, cha vous résonnot dins l'z'orelles à vous rinde sourd; on l'intindot d' loin, in peuwe comme eune deuzième cloque. On n'intindra pus résonner ch't' inclunle. Quand euche forgeron n'étot pont dins s' boutique, ches clients tapotent in pitit coup, tout douchemint aveuque èch' martieuwe. Cha voulot dire: "Y a quiqu'un qui attind !" Ch'étot miux qu'eune sonnette.

J' n' intindrai pus sonner ch't' inc1ume. Riin qu'd'y pinser, cha m' fait tout drôle! Mais j' s'ros ti si vielle èqu' cha à ramintuver tous ches souvenirs? J' n'arrête pont d' parler du passaye !

Quand même, os allez pont m' dire qu'in attelage dins ches camps, ch'étot pont bieuwe ! ln fermier in train d' labourer au pas ... A c't' heure, aveuque lu girophare sus lus grosses machines et pis l' radio si-vous-plaît, on croérot vir d'z'engins espaciaux ! On prindrot bétôt peur, surtout dins l' nuit, ch'est étrange ... parce qu'is traval'tent jour et nuit et is sont toudis pressayes.

Ouais, j' sais biin qu' si on veut pont vieillir, faut argarder par dévant et pont par derrière; mais j' sais oussi qué j' sus sur èl' pinte déchindante ! Rassurez-vous, j' vais tacher d' pont déchinte trop vite. J'ai intindu brouir qui n' a des gins qui vont à la "Vie Montante" et lu journal, ch'est "Toujours jeune" ; faudra qu'èj' vache faire in tour par là, os verrons biin ... Pont core tout d' suite! J'ai tout min temps, et pis i m' san.ne à vire qu'èd'pis qu'èj' vas à ches réunions d' patouos, cha m' rajeunit!

Ferrage des gouas

Yves, l'hon.me à Marie-Rose, qui o étèïe longtemps maricheuwe, i o espliqué à s' fan.me queuméint qu'on faijouait pour ferrer in goua :
- déferrer : décleuer ch' vieux fer.

- parer ch' pied : coper l' corne aveuc eun "rogne-pied" et eune "mailloche" (ch'est eun martieuwe espécial).
- dégager l' fourchette al' "rénette".

- mette ech' fer à rougir dins l' fu d' forge, l' poser tout queuwe d'

sus l' chabot, cha feunque ! pour l'ajuster après à l' façon du chabot èd' sus l'inclume.

- déboucher les treuwes du fer qui z'ont été arsarés à l'ajustage, appélaïes "étampures".

- cleuer l' fer, toudis dins l' come qu'a n' fait pont plus d' chin que millimètes d'épais, pour pont blécher ch' pied, autermint, on dit qu'èch' pied i est incleué.

- coper les pointes des cleuwes, dégager l'indrot d'où que l' c1euwe i séra rabattu, avec eun "dégorgeoire".

- rivetage avec une "tricoise à talon".
         - râper l' trop d' corne.
         - on peut, si qu'on veut, induriquer d'onguent (goudron d' Norvège) ; cha séint bon !!!

                              Divers-sept-oct-2008-084.jpg

SOUVENIR DU MOUOS D'A-OUT
 
                            Nous z'autes, mes cousin-yes et pis mi, on étot trop jon.nes pour travailler dins ches camps aveuc nou Onc' et non grand-père ; alors, on les suivot et on allot glainer ; on n'a ti fait des bon.nes parties!

On s' laichot dégrioler ché grands cros, corn-me eune rolouare ; d' même qu'eun coup, i m'ont rattrappèye par el tablier, et i s'a déquirèïe in deuwe (i étot pététe déjà meure). Intar-deuwe ed glainer, on juot à s' mucher dins ches dijeuwes, et in faijant mine ed ri-in, on saquot in p'tit coup à bottes, pon rassuraye quand même, parche que ch'étot pon bi-in, et on savot qu'o faijèmes ma.

Qu'on n'aimot sauter dans l' carette à mouo d'août ! On s'asseyot par drière aveuc les gambes pindantes in partant à vide ; et in arvénant, ch'étot grameint miux, parche qu'on s'artrouvot tout in ieuwe del' carretaye, à plat vinte ed'dins les bottes, aveuc ech' combe qui passot dins l' mitant pour el z'arténir.

Qu'on z'étaim-mes bi-in là in ieuwe ! Fi-ires ed passer dins ches rues à faire glavir el'z'autes qui nous argardotent passer et rapasser !

Quand l' carette al étot déquerquée dins l' grange, on juot cor dins ches bottes. Quique fouos, i faijotent eune mouo dins l' bas d' chelle cour, in intindant d' batte al batteuse ; ch'étot bieuwe d' les miler poser ches bottes in rond, et pour es' mucher à l'intour, ch'allot cor miux. On essayot d' grimper d'z'eur, mais on s' faijot mangonier. 
                                          Même qu'eune fouos, m' tante, al avot arcueilli d'z'oeufs, et posaye au
pied d' challe mouo, in dijant :

- "Faijez attention à mes oeufs /"

Advinez quique ch'est qui a artombaye les deux pieds ed'dins ? CH'EST MI !!!

OUVERTURE FACILE 

      Jé n'sais pon si o z'êtes com.me mi, - jé ne crouo pon ête plus incho qu'eune aute - mais quand qui feuwe intamer eun paquet d'chu­crades,d'biscuits ou d'café,marquaye d'sus : "Ouverture facile,tirez la languette,ouvrir ici" - Eh bin ché sûr, jé n'vais pon y arriver, quand qu'j'ai biin arlandaye, j'finis par coper à travers tout.

Ah si! diminche au matin (pache que l'diminche, ché l'seul jour qué j'm'éliève l'premi.ière) j'fais donc éche café - souvint j'aye pon cor mis mes leunettes" - j'ai bricolaye pour intamer l'paquet,vu que ch'jour-là on n'in fait delle qualitaye supérieure" - et miraque! j'ai réussi à l'euvrir tout grand (pon étonnant, j'aye vu après coup, qué j'l'avos intamé par l'cul).

Ché bouates in fer aveuque eun annieuwe,ch'a ré pérèle,j's'aque eun bon coup sec,vlà challe rondelle qu'ame reste dins les mayins,"n'a pus qu'à arsortir l'euve bouète ; l'aut jour,"j'm'a tout éplingué d'hui­le ed sardines.

Et à l'cave donc! quand qui feuwe décrupper eune boutèle d'ieuwe d'éche plastique tout intortillé à l'intour, j'bricole com.me eune diablesse, j'maquin.ne et qui que fouos j'crie : "MERDE !" eun bon coup.

o z'avez bel à dire,chétot quand même plus simpe d'aller queure eune boutèle in verre dins n'in.ne caisse in bos,on n'appréciot pon sin bafleur quand qu'on n'étot jon.ne; pache que déchinde à l'cave, chétot eune queurvée,on essayot toudis dé s'défiler in dijant qu'on n'avot étaye l'darnier coup et qu'chétot pon à nou tour ; on n'étot pourtant leste com.me des cats (on n'peut pu n'in dire autant au jour d'aujourd'hui).

Enfin,ché l'progrès,dins ch'grand magazin,charé pérèle,j'aye biin du ma d'attrapper l'paquet d'six boutèles, alors, j'les crupe à l' plache dèche quéquin dins l'cario, ché moins dur à déssaquer. Tout cha pour vous dire qué j'cros fort qué j'viins viéle •••

L' PROCESSION DU SAINT SACREMENT

Eun diminche du mouos d'Juin, em Mère ame dit com.me cha :   
    - "Cha douo bêtot ête l'Fête Diu ?

    - "Mais Man, i y a longtemps qu'ch'est passaye ; ch'est vrai qu'asteur  i

n'a pus riin qui s'ar-san-ne dins l'calindrier oussi biin qu'à l'Eglise !
- "Té t'rappelles-tu, qu'a m' dit, ches processions ?

- "Ben ouais, quéj'm'in rappelle,"i faijot toudis eun vint du diabe,

on dévot faire eun arposoir d'sus l'façade des vojins et mette des tintures rouges d'sus ches murs, et accrocher eun cade du Sacré ­Coeur, qui étot toudis d'travers, rapport à chelle fichelle, on mettot des bouquets d'fleurs dins des vases sans ieuwe, parche qui s'artour­notent toudis.

Et après l'messe, on s'promenot dins ches rues, d'où qu'on n'avot mis des oriflammes, des drapieuwes, des branques ed vardure tout du long du quémin pour garnir ; on allot même d'sus l'route Nationale, et ches autos s'arrêtotent eune minute pour saluer l'Bon Diu.

Ches conscrits d'l'annaye portotent l'dais ; M. l'Curé étot in­freumé là in d'zous, in ténant l'St Sacrement ; i étot tout intortillé dins s'n'habit, même ses mayns étotent armuchées, tout in dorure cha luijot au solé.

Pas-d'vant li,ches files d'èl première Communion,aveuc lu robe blanque et eune couron-ne sus lu tête,aveuc à l'intour ed lu cou,eune cor­bèle plain-ne ed pétales ed fleurs,souvint des rose-pionnes,(chétot eun plat ou eun panier au pain qui avot foulu tout garnir ed rubans et d'dintelles); isl s'avanchotent douchemin-nette,deuwe par deuwe,in prénant eune pugnie d'pétales qui mettotent à lu bouque,avant d'les jéchter dévant l'Bon Diu.

Bétôt tous les Saints du Paradis étotent arprésintés :
- La Ste Famile aveuc pitit Jésus par el mayn,

- St Jean-Baptiste (souvint in pitit blond frisaye) intortillé dins

n'in-ne pieuwe d'mouton,

- L'Efant-Jésus d'Prague (jé n'sais pont par qué hazard  y  étot arri­vaye à Moulle),
- 1i y ténot eune boule aveuc eune crox d'sus, la terre sans doute,et pis eune ribambelle d'anges aveuc des ailes fin­nes com-me du papier à cigarette,et du doraye et d'z'étoiles.

- Mi, j'ch'faijot partie des Grandes Saintes, CHA VOUS ETON-NE ? Vu qu'j'arprésintos Ste Thérèse ed l'Efant-Jésus, (cha me plaijot pont d'trop d'ête habillée in soeurette!) pour faire plus vraye, jé n'met­tos pont d'leunettes. Avez-vous déjà vu eun Saint aveuc des leunettes ?  Mi pont  !

     A chaque arposoir, on déssaquot M. l'Curé dé s'n'habitaque, on cantot :

- "0 Salutaris - Tantum Ergo ..."
     On n'arrêtot pont dé s'mette à genoux à terre, on récitot des litanies et des prières, et on arvénot bravemint à l'Eglise,pour cor canter quique couplets, et armette l'St Sacrement à s'plache jusqu'à l'annaye qui viint.

I m' san-ne  à  vir qu'on étot tout d'même plus dévot que d'nous jours...

s-capigner-1.jpg

s-capigner-2.jpg

"On n'vo pont ici s' capigner", pièche èd' Roland Dussaussoy qu'alle o étèïe juèïe èl' première fouèïe à Thérouanne èl' 20 march 1992, aveuc, èd' gauche à droite : Jacques Savary ("Mon onque"), Marie-Rose Dusautoir, Geneviève Delezoïde et Roland Dussaussoy.

L'INTERREMINT


          J'aye pont congi l' plus gai : j' vais vous raconter ch'z'interremints !

          Pour queumincher, on courot vite queure Monsieur le Curé pour vénir administrer lesti qui étot prêt à passer d'l'aute côtaye.

Oussitôt qui avot fremé les yux, 1 'mason al freumot tous ses volets ; on faijot eune crox in pale aveuque eun bout d' buis d' sus, qu'on posot à chelle barriière.

On intindot son-ner l'trépas; l'nouvelle aIle étot vite répandue parche qu'on passot à mason des vozins et parints pour l' annoncher (souvint ch' sonneuwe ou s' fin-me).

Après, d' porte in porte, toudis l' même litanie :

"J' vous invite à l'interremint èd' M...., l' jour et l'heure !"

Toudis au matin, plus timpe si on étot pauve (9 H - 9 H 1/2) et plus on étot riche, plus on artardot l'heure (10 H, 10 H 1/2, 11 H, 11 H 1/2).
On pouvot vir l' carron partir à pied, aveuque sin mète in bos qui dépassot desse poche, pour aller prinde mésure dèche mort. et li faire sin chercueule au plus vite.

Les proches is allotent rinde visite ; inter temps, on avot armuché tous les glaces del' mason aveuque des loques blanques et les abat-­jour aveuque du crêpe nouèr.

          Pon question d' deurmir ché jours-là ; les parints, les amis s' rimplachotent pour venir passer les nuits ; assis à l' tabe del cujin-ne à bardrouiller à mitant tout bas jusqu'au matin.

Au villache, les "Pompes Funèbres" on n'connaîchot pont core. Quand ch' carron livrot l' chercueule, ch'est li qui mettot sin client in'n'dins. Des draps tindus aveuque des grossés lames in papier nouèr collayes d' sus, eune branque ed buis dins  in verre à l' bière rimpli d' ieuwe bénite posaye sus l'tabe ed nuit, et l'crucifix, ch'étot tout.

El veile ed l'interremint, on allot prier Diu ; y faijot telle­mint brun dins chal pièche qu'o n'voyot pon d'où qu'on mettot les pieds.

Au souar, l' cloque sonnot des volayes et pis cor l' lendemain au matin. Eune demi-heure d'vant l' messe, on sonnot l' premier coup. Eun quart d'heure après, l'deuxiime. Intar-deuwe, Monsieur l' Curé et ch'z'éfants d' choeur, tout in nouèr, s' n' allotent à l' mason pour faire l' convoi, aveuque les porteuwes, à pied.  

I n' avot même pon d' carrette à reules pour brouter l' corps. I fallot l' porter sur eune espèce d' chivière aveuque des pieds pour el poser.

A l'église, on avot mis les banières ed deul et montaye l'catafalque.

Ché z 'hom-mes aveuque lu gants et eun morcheuwe d'ruban nouèr d' sus l' arvers du paletot, quand y n' avotent pon arsorti lu costume ed mariage. Dins l'église : les hom-mes à droète, et à gauche : les fim-mes, tout in nouèr aveuque d'sus lu capieuwes des voèles rabattus par dévant lu ziux, et pis des gros bas pour qu'on ne voiche pon lu gambes à travers.

On cantot des "DIES IRAE" et "DE PRODONDIS" à n'in pu finir...

A l 'sortie, avant l'mise in terre, on serrot eune pugnie d'main à l'famile ; n'avot là des fouos eune ribambelle du diabe ; in premier les hom-mes et les fim-mes à la suite, et ches gosses, fin contints, quand y z'avatent réussi à lu glicher intar-deuwe.
          Et pis l' famile et les porteuwes s' n' allotent bauère eun verre au cabaret tout près du cimetière (du café ou eun verre ed vin), avant d'aller dîner ; toudis l'même menu : du bouillon et pis du bouli aveuque des carottes, et par déssus eun morcheuwe d' fromage d'Hollande. Après ch'café, on s'mettot drouat pour réciter "DE PROFONDIS" , et tout l'monde pouvot s'rin aller.

Mais i y avot les "Noceurs", les espécialistes des interremints, toudis les mêmes, qui n' pouvotent pont s'habiller in diminche sans prinde el cuite. Is faijotent tous ches cabarets ; on n 'pouvot pont aller dins ieun, sans rintrer in face, pour n'pont faire ed jaloux.

Si j'compte biien, dins min village, cha dévot faire eune douzain­ne ; tant et si biien qu'is arpartotent in cantant, l' capieuwe ou l' casquette ed travers, les épingues à vélo. in bas du patalon, mais indine capabe d' armonter d' sus ; l' route n'étot pont assez largue. Quique fouos, on n'artreuvot dins ches bèques tout dégriffés.

Is finichotent par braire èch' mort, qui étot eun bon fiu, qui avot ieuwe eune belle mort, qui avot souffert d'sin vivant, qui étot parti trop jon-ne, ou qui avot fait sin temps, aveuque qui on n'avot pont toudis étaye d' accord , mais... "Qué l' Bon Diu li pardon-ne, à la mort, riien n'déringe !"

EUN QUIEN DINS L' FAMILE

            PonT des quiens d' camuche ! des quiens qui sont tellemint à lu affaire, qui mingent tout: com.me vous autes, èque ch4EST tout juste, si ISy crupent-te ponT au lit.

Si, si, cha a déjà arrivaye !

 I n'a que lesti qui ont connu cha qui pourront m' comprinde. Quand on a ieuwe ches bêtes dins ses gambes pindant dije huit ans, l' jour qui s'in vont (ches bêtes comme ches gins) cha fait eun rude grand vide ; et on ne peut ponT s'impêcher d' braire pindant quique jours.

Ch'est pour challe raison là oussi qué j' n'in veux pus.

Pindant eune trentaine d'annayes, i y a toudis yeuwe eun, et même deuwe quiens à mason.

Ch'est pont qu'on dépinsot des chints et des mille pour el z'acater ! Ah, non ! Is savotent treuver l' seu d' challe porte tout seuwe. Ch'étot com.me qui dirot des sans-logis (SDF cha existe oussi pour ieuwes), surtout adon, l' S.P.A. n'étot pont cor installaye à Saint-Omer.

On les trouvot là assis, apeurés, crévant d' faim, sales com.me des peignes ; l' mazonnaye introt tout in ameur ; on faijot rintrer com.me on pouyot challe pauve bête tout apeuraye ; on comminchot par Ii donner à minger ; tout l' monde iy argardot challe bète curieuse et pis quand aIle étot rapurée, on li faijot eune bon.ne léchive : on bruchot, on  démélot, ...

Pindant quique jours après, on avot quand même caché à savouir si y n'avot pon quique part, eun maîte qui érot voulu l'arprinde ... Mais non ! Bel et biin eune bête pardue, et dins nou fond, parson.ne n'èl'  dijot mais tout le monde n'attindot que cha ; au bout de quique jours, l'adoption étot faite.

Et creuyez-me, on n'y pardot pont in arconnaissancce. J'aye toudis dit à mes files, qu' min quien n'a jamais manqué d' vénir em' dire bonjour eune seule joumaye.

Eun pauve pitit roquet roux, ras pouel, èque tout l' monde y trouvot laid, et qu' nous autes on voyot si bellot.

Et si sûr aveuque cha! Quand i abayot, j' pouvos ardéchinde du garnier, ou arvénir du gardin, i y avot sûremint quiqu'un à l' porte.

D'pis qu'i est parti, i m' manque. Quoéque ... d'pis qui que temps, ô n' savez pon ché qu' cha n'est qu' j'intinds ? Advinez eun peuwe !!!

Eun coq qui cante à toute heure, pont sur eun feumier, non ! I est réinfreumé dins enne courette d' l'aute cotaye d' challe route.

Quand i n'n'a qui n'ont pont l'habitude et qui deurment à nou mazon, is font la vie d' sus ch' coq qui les dérinvile au mitan d'èl' nuit.

Mais nous autes, cha nous déringe pont ; os simmes fins héreuwes d'intinde canter ch' coq ; ch'est si rare !

J' dis à m' vogin.ne : "Surtout, feuwe pont l' tuer ! Laichez-le vive! I met d'l' animation dins l' cuin !!!"

IN.NE PARTIE D' CARTES MOUV'INTEE

Gédèonwe, i s'n'allot faire in chéint à mon Lucie comme i faijot tous les diminches après dîner. I pleuvot à daque.
- "Ch'est du temps du Bon Diu mais ch'est pont d' sin meillèwe !" qui s' dit in li-min.me.
I arrife à mon Lucie, chelle cabaretière, èqu' sin bistrot i s'appélot "Aux quate chemins".
Avec in temps parèle, i étot l' premier d'èl' tablèïe parche qu'i n'aimot pont canger d' partenaire. I avot ses pitites é-manières : in clognon par chi pour faire l'atout et i s' reumot d'in coup pour faire comprinde qu'i avot des maniles. I s'atabelle et, in intindant, i bouot in tit rouche ; i n' manque pont d' faire armarquer à Lucie qu'elle avot fait in rude faux col. Et v'là les camarates qui s'amin'tent é-un au coup.
- "Faut avouère tué sin père et s' mère pour mette sin nez à l' cour par in temps parèle !"
- "Vite, Lucie, don.ne-nous ch' tapis et in bon ju d' cartes et pont tes viux qui glich'tent é-pus ; té peux les foute à z'ourse !"
- "Qui qu' ch'est qui carte èl' premier ?"
- "Ch'est mi !"
- "Nan, ch'est toudis ti ! Té t' sers bién et i n' resse rién pour l'z' autes !"
Cha queuminchot putôt mal ; tertous au pus crignux !
Tant bién qu' mau, is s' mettent in route ; is arcommande in canon ; on n'intindot pus in.ne mouque brouir. Et v'là tout d'in coup, in galoubi qui arrife com.me in fou arqueurre Arsin.ne parche qu' ès' vaque alle étot in train d' véler. I fallot qu'i s'in vache tout d' suite.
Bién à tombèïe, jusse au moméint qu' Gédèonwe i queuminchot à gagner et i n'érot pont du païer l' tournèïe.
- "Si ch'est d' tout cha, je m' r'in vas à mason, qu'i dit in pèwe rapati, à l'semain.ne, cha ira pétête miux !"

---------
Du vocabulaire :
- in chéint : une partie de manille à 100 points.
- à daque : à verse.
- clognon : clin d'oeil.
- s' reumot : toussotait.
- s'atabelle : se met à la table.
- foute à z'ourse : jeter.
- toudis : toujours.
- tertous : tous.
- crignux : mal agréables.
- galoubi : garçon.
- arqueurre : rechercher.
- i s'in vache : il s'en aille.
- rapati : débousé.

      

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site