Francis HANOTEL, textes

 

Francis HANOTEL i est rintrèïe à ches Harchelles in 1991 ; in 1999, i est élu secrétaire. Ancién directeur d'école et secrétaire èd' mairie d' Tilques, i aouait in.ne véritape passièonwe pour nou patouèïe. Francis HANOTEL i est mort in 2005 d'in.ne espèce d'AVC.

LES PLAISIS D'EL'  CACHE

 

         Ech' jour-là, Alcide i s'avot lévéïe plus timpe equ' d'habitude pasque ch'étot l'ouverture d'el' cache. Sin tchién, qui sintot bién qu'is allotent lu proméner, i arrétot pont d'li sauter dins ses gambes d'in air ed'dire : "Groule-te, chés yèfes is vont pont nous attinde ! " 

         Alcide i a donc invaléïe in.ne darnière goutte ed'jus et les v'la partis !            

         I faijot pont for quéowe. ln .ne tite riméïe arcouvrot chés camps et, par plaches, i fallot faire attintion ed'pont tribouléïe pasque cha glichot in péwe.

        Alorsse qu'is étotent in route à trécopéïe el' camp d'bettrapes à Arsin.ne Bouèsansoif, vI'a-ti pont qu'Rex (ch'est ch' tchién), i s'f out à l'arréïe. Alcide i stoppe net et i ravise autour ed' li sans bouger in poèl.

          Tout d'abord, i vouét rién. Et' pis, à tros quate mètes ed' li, i aperchoèt in.ne perdrix qui s'ragritoïe dins in.ne roéïe ed' bettrapes à vaques

         « Ch'est pont lé pin. ne equ' té t' muches, qui pinse Alcide, ej' t'a vu et j' vas pont ichi t' ratéïe ! »

         Tout duch'méint, i prind sin fusil, i épaule et v'la qu'au moméint d 'tirer esse n'agosil ed' caron.ne ed'tchién i s'élance sus ch't'oujéowe in abaïant comme in démon. Alcide i est tel'méint saisi, qu'i lâche sin fusil et que ch' quéowe i parte dins l' nature. Arsin.ne qui est in route à finir ses labeurs din l' pièche à côtéïe, is' met à beuler comme in.ne vaque après sin viéowe.

         - " Ché qu' t'as? qui li démande Alcide .

         - "Ché qu'j'as ?, té m'démandes ché qu' j'as ? J'as tin plomb dins les fesses, abruti ! Té peut pont faire attention, s'pèce d'innochéint !

         - "J' l'a pont fàit esprès ! répond Alcide qui sait pont queuméint faire pour s'escuséïe.         

         - "Pétête, mais min cul, i douét arsanner à in.ne passoère à cause ed 'ti. Té féros miux ed' faire el' traque aveuc in couverque ed' léchiveuse et in bâton, té séros moins dangereux, ch'est mi qui te l'dis! » qui crie Arsin.ne in faijant des grands gestes et in tarplant sin bout d' camp, tel'méint cha li fait du mo. Rex, qui crouét qu'on n'in veut à sin maite, l' v'la ti pont qui s' met à abaïer comme in biéowe diape et qui queurre après Arsin.ne. L'aute, in voïant cha, i s'sauve in ténant sin cul d' patalon à déwe man.yes. Final'méint, i réussit àram'néïe sin tchién, mais comme Arsin.ne i s'artourne pour voère esse qu'i n'est, à m'mote qui queurre cor!

          Alcide i est rintréïe à mason in mangoniant sus s' sale bête ed' tchién qui est pus bon.ne à grand cause. I a pont voulu réponde à s' fin.me qui li démandot pouquoué i rintrot si timpe si bién qu'alle a toudis pont comprins pourquoué esse n'hon.me i veut pus aller à l' cache et qu' lu voésin Arsinne ifait l' grand tour quand qu'i vouét ch' tchién in libertéïe, in.ne bête qu'alle férot pont d'mo à in.ne mouque !

 numerisation0008.jpg

 

                                                                                            

Discours à in mitan d'artraitèïe : (Texte de Roland DUSSAUSSOY pour Francis HANOTEL)           

In 1998, nou camarate Francis Hanotel, i o arrêtèïe sin traval èd' greffier à l'mairie d' Tilques. El' jour qu'i s'o in allèïe, i o fait in pitit arpos aveuc ès' famile et pis des camarates. I yaouait donc èch' président d' ches Harchelles qui li o fait in pitit discours in patouèïe.

El' v'lo ichi qu'os vous in faijons part :

"A min camarate Francis,

"J'aouais pinsèïe à t'invoïer in.ne lette pour èt' féliciter pour èt' médale, mais j' m'o dit èqu' ch "étouait in peu bête, étant donnèïe qu'os sommes voésins et pis qu'on s' vouait souvon.ye ... et min.me qu'on reste si près qu 'èch' t 'annèïe, té t'in rappelles pétète, os savons étrennèïes à Calais ...

"Ch 'est pont core èt' n 'artraite pisque té m'os dit l'aute jour èqu' ch 'étouait in.ne semi artraite et que d'èch' faite lèowe, t'os core des bieaux  jours èd'vant ti avant d' devoir promener t'fan. me tous les jours dins ches magasins, avant d'avaler tous les jours aveuc tin déjeuner tout plein d' pitites é-pilules èd' toutes les couleurs, d'aller au club èl' mardi, au médecin ou à l'oculisse èl' mercredi, in voïache èl 'judi, à P. G. èl' vendredi à 6 heures du vêpe, et pis j 'in passe et des meilleures ... sans compter èqu' quand qu 'té s'rèowe vraiméint in r 'traite, t 'auros pus l' temps d'arién et min.me èqu' si tous les jours in t'élevant èqu' si qu' té t' demandes cho qu 'té vos faire d'èt' journèïe, creuse te pont trop t' chervelle pache que certaineméint qu 'èt' fam.me alle auro déjèowe cungi tin programme ! Ch 'est pont pour dire du mo d' ches fam.mes, té sais, mais on n' peut pont toudis in dire du bién non pus, anon ?

"Et pis, d'ichi qu' té seuches vraiméint artraitèïe, pinses à mette, si ch 'est pont déjo fait, quèques sous d' côtèïe pache que la vie alle est d' pus in plus durte. Mi, j'y pinse aussi, ch 'est pour chèowe aussi qu 'èj' t'o pont invoïé m lette par la Posse, j'o mis ch' timbe èd' côtèïe pour pus tard.

"Et pis, si j' t'aouais écrit, y'o quèques jours, j'aurouais pont pu t' dire qu'hier après-midi, j'o passèié èd'vant la mairie et qu' cha m'o fait tout drôle èd' pont vir par chelle farnète, tin toupet qui dépassouait d 'èd' derrière èch' comptoir. Asteur, cha vo ête des frisettes blondes ... Bin ch 'est bièowe aussi, da !

"Et pis, si qu'i t' r'esse in peu d' temps libe dins l' samon.ne, ti qu' t'os core bién atpintèïe tous ches routes d'èl' commune aveuc tin vélèowe et qu' t'os d' l'espérience, té pourros pétète poussoié in peu pus loin.ye tes cops d' pédale.

 

"Bon, n' fais pont attention à ches fautes ; d'ailleurs, si j'aouais dictèïe m' lette à Bernard Pivot, i n' n'aurouait core fait plus èqu' mi...

"Core tous mes félicitations, "Adé ! 

"Tin camarate, Roland. "

 

CH'L' APPATNAL

Ch'étot in appatnal, dins l' mitan d'in gardin,

Un bon viu appatnal pour faire peur à ches gins.

On l'avot attifaie comme un mons' ed' ducasse

Malgré cha dins ses nippes i avot l'air cocasse.

Ches moniots is vénotent es' poser ed'sus s' tiète,

A sin pied, ches lapins y mingeottent èl' clavette.

I y avot pont eune personne qui étot effrayaie

Min.me ches jon.nes, in passant, Ii féjotent un pied d' nez.

I s'ennuyot tout seu. Ché qu'I érot voulu

Ch'est d' pouvoère s'in aller, d' varouler dins ches rues,

Seul'mint i étot si bié infiquaie dins ch' terrain,

Qu' pour l' dérachinaie, ch' étot pont du gratin.

Mais v'la ti pont qu'in jour, in oujot effrontaie,

Vient s'poser su s'n'épaule, à deux pouches ed' sin nez, 

I keuminche par lâcher un étron d'sus ch' pal'tot,

Ii fait quèques roulades et i Ii dit ches mots :

"Ej' su ech' bon génie d'ches camps et d'ches foraies

Té peux souhaiter quécose, té séras exauçaie. "

Ch't' appatnal n'èl' crot quà mitant, mais enfin,

I Ii dit: "Ch'é qu'èj' voudros, ché d'ête comme tous ches gins!"

Aussitôt, v'là dins es' ciel un éclair avuglant

Ch't' appatnal s'écroule, estourbi à mitan

Quand enfin, ché d' nouviau èl' calme dins z'alentours

I s' dérinvelle à terre aveuc pus rin autour.

 

I s' déminde ché qu'i fait dins un indrot pareil

Et pis tout d'in un coup, tout duch' mint i s'rappelle

I y a e eune grande leumière aveuc gramin d' boucan

Et i s'artreuve à terre, ramonch'laie dins sin camp.

I voudrot s'arlièver, i a du mau à ses pieds

A ses pieds ? I s'abache, i ravise, étonnaie,

Mon Diu ! Mais ché bié vrai ! Ch' moniot i a pont minti

I va pouvoère aller, comme i l'a invie.

I l'essaie d' faire quèques pas. Y a du mau à arquer

I s'accroche in momint, i voé tout baloncher

Pis, petit à petit, i met un pied d'vant l'aute

I' arkeuminche eune fos, eune deuxième, pis eune aute.

El' v'là parti enfin tant bié qu'mau, in ballant

I ravise tout partout, i n'n'a jamais vu autant.

In pas après in aute, l' v'là rindu dins ch' coron

I y a personne dins ches rues, sont tous à lus masons.

I l'euve des yux énormes comme des reules èd' vélo

I s'approche èd ches portes, i beye par ches carreaux

Et pis tou d'in un coup, au détour d'in kémin

V'là qu'i quait nez à nez d'sus eune coupe èd' viux gins.

I y a in grand momint èd' silence étonnaie

Et pis, èl' v'là grand-mère qu'alle keuminche à beuler,

Es' n' homme, i lève es' canne, tout près à chambuquer

M'n' appatnal comprind pont, i voudrot s'espliquer.

Mais quand i l'euve ès' bouque, Mon Diu, ch'est core bié pire,

V'là grand-père qui l'arlouque, i a pu qu'à déguerpir,

Comme i a jamais couru, i s' sauve tout comme i peut

Dins sin dos, i y a ches viux qui lanc'tent des cailleux.

I n'n'archoé eun d'sus s' tiête, i quait tout assomaie

On intind du potin, cha vient d' tous les côtaies

I y a des gins qui s' ramin'tent ameutais par ch' raffut

I s'appoé d' sus in keude, i n'in crot pont ses yux.

Is ont tous des bâtons, des triques et des fusils

I les voé qui s'approch'tent, l'air mécant, tout près d'li,

i les connot pourtant : ch'est les min.mes qui s' moquottent

Quand i étot plantaie dins l'mitant d' ches carottes.
I sint que s' dernière heure est bétôt arrivaie

I freume ses yux d' carbon; 'attind résignaie

Et pis tout d'in un coup, ch'est l' silence, i y a pu rin

Dins ch' chervelle d'appatnal, i s' dit que ch'est la fin.

Dùch'mint i euve in eul : l'arv'la dins sin gardin !

Bié infonçaie dins ch' clite, à deux pas de ch' quémin

In oujot est jouquaie tout près de s'n'orelle gauche

In aute a fait sin nid dins un rinfond d'eune poche.

Les pitits affamaies euv'tent lus becs in plein

Tandis qu' chelle femelle insaque des viers ed' dins

Et tertous in min. me temps font un boucan du diape,

Sous les yux attindris d' nous pauve appatnal.

I comprind qu' sin bonheur ch'est ichi dins ch' gardin

A acouter ches bêtes, à raviser ches gins.

Si des jon.nes effrontaies, in passant font la nique

Cha fait quand min.me moins d'mau qu'd'archuvoère in coup d'trique.

Ch' génie l'a e raison, d' l'arpousser dins sin cuin

Mais pétête que ch'étot in rèfe, tout simplemint

Alors, i sécoue s' palle, i s' fabrique in air douche,

Pour pont qu' ches bêtes euchent peur malgré sin nez tout rouche.

Et enfin, i bouche pus, raide pour l'éternitaie

I a un air bonasse dins ses habits treuais

As't'heure ch't' un appatnal au mitan d'in gardin,

In brave viu appatnal, pour rassurer ches gins.

(septembre 1991)

---------

Vocabulaire : - appatnal : épouvantail. - mitan : moitié. - gardin : jardin. - attifaie : habillé. - mons' : monstre. - ducasse : fête locale du village. - nippes : vieux habits. - moniots : moineaux. - clavette : petite luzerne. - jon.nes : jeunes. - féjotent : faisaient. - varouler : voyager. - oujot : oiseau. - quécosse : quelque chose. - dérinvelle : réveille. - e : eu. - ramonch'laie : rallongé par terre. - s'arlièver : se relever. - s'abache : se baisse. - baloncher : balancer. - ballant : versant. - beye : regarde. - arlouque : reluque. - keude : coude. - clite : terre argileuse. - insaque : met. - tertous : tous.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site