L' canchon dormoire (P'tit Quinquin)

 

Le P'tit Quinquin... ou "L' canchon dormoire"...
Connue dans toute la région Nord de la France comme étant devenu l'hymne régional des habitants du Pas-de-Calais et du Nord, habitants qu'on appelle"vulgairement" des "ch'timi" ou même (berk !) des "ch'ti", cette chanson a été écrite en 1853 par Alexandre Desrousseaux (1820-1892), chansonnier lillois.

En voici les paroles :

Dors, min p’tit quinquin, Min p’tit pouchin Min gros rojin Te m’fras du chagrin, Si te dors point jusqu’à demain
I. Ainsi, l’aut’jour, eun’ pauv’ dintellière, In amiclotant sin p’tit garchon, Qui d’puis tros quarts d’heure, n’faijot braire, Tachot d’ l’indormir par eun’ canchon, Ell’ li dijot : Min Narcisse, D’main t’aras du pain n’épice, Du chuc à gogo, Si t’es sache, et qu’te fais dodo,
II. Et si te m’laich’ faire eun’ bonn’ semaine, J’irai dégager tin biau sarrau, Tin patalon de drap, tin giliet d’laine, Comme un p,tit milord te s’ras farrau, J’ tacatrai, l’jour de l’ducasse, Un porichinell’ cocasse, Un turlututu, Pour juer l’air du Capiau pointu.
III. Nous irons dins l’cour Jeannette-à-Vaques, Vir’ les marionnet’s, comme te riras, Quand t’intindras dire : Un doup’ pou’ Jacques, Pa’ l’ porichinell’ qui parl’ magas. Te li mettras dins menotte, Au lieu d’ doupe, un rond d’ carotte, I’ t’ dira : Merci. Pins’ comm’ nous arons du plaisir.

IV. Et si par hasard sin maite s’fache, Ch’est alors Narciss’ que nous rirons, Sans n’n avoir invi’ j’prindrai m’n air mache, J’ li dirai sin nom et ses surnoms, J’li dirai des faribolles, I m’in répondra des drôles, Infin, un chacun, Verra deux pestac’ au lieu d’un.
V. Allons serr’ tes yeux, dors min bonhomme, J’vas dire eun’ prière à P’tit-Jésus, Pour qui vienne ichi, pindant tin somme, T’ fair’ rêver qu’ j’ai les mains plein’s d’écus. Pour qui t’apporte eun’ coquille, Avec du chirop qui guille, Tout l’ long d’ tin minton, Te pourléqu’ras tros heur’s de long.
VI.  L' mos qui vient, d’ Saint-Nicolas, ch’est fiête, Pour sûr, au soir, i viendra t’trouver, I t’fra un sermon, et t’ laich’ra mette, In d’zous du ballot, un grand painnier. I l’ rimplira, si t’es sache, D’ séquois qui t’ rindrons bénache, Sans cha sin baudet, T’invoira un grand martinet.
VII. Ni les marionnett’s, ni l’ pain n’ épice, N’ont produit d’effet. Mais l’ martinet A vit’ rappajé l’ petit Narcisse, Qui craignot d’ vir arriver l’baudet. Il a dit s’canchon-dormoire, S’ mèr’ l’a mis dins s’n ochenoire, A r’pris sin coussin, Et répété vingt fos che r’frain.

 

numerisation0030.jpg                                                                                Alexandre Desrousseaux

 

 Ci-après, extrait d'un article paru dans l'excellente revue "Pays du Nord" :

 

numérisation0031-copie-2

 
 
 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site